Capvern-les-bains – 70 Kg

Je continue dramatiquement à prendre du poids… pas encore 7 ans et déjà presque 70 kg, il devient urgent de prendre les choses en main, ce que vont faire Papa et Maman avec beaucoup de courage puisqu’ils ont trouvé un centre dans le Sud-Ouest de la France à Capvern Les Bains qui prend en charge les enfants et les adolescents qui ont des problèmes de poids (aussi bien des enfants qui grossissent sans raisons que d’autres qui eux n’arrivent pas à prendre de poids). 

Nous sommes à l’aune de mes 7 ans, ma petite soeur Jade est née il y a 4 heures, Papa est venu nous chercher à la sortie de l’école avec mes frères et nous annonce que notre petite soeur est arrivée, que Maman va bien et que nous allons la voir. Je crois sincèrement que c’est mon plus ancien et plus beau souvenir d’enfance, peut-être parce que nous l’attendions cette petite soeur !!!

Sauf que voilà, “profites mon gars” car 2 jours plus tard je quittais le domicile familial pour 700 km plus au Sud et je ne reverrai mes parents et mes petits frères et soeur que 2 mois plus tard pour le Baptêmes de ma petite soeur. Papa et Maman se sont battus pour que je puisse sortir et assister à ce jour de fête. 

A priori le concept du centre était de couper totalement les ponts avec la famille le temps du traitement avec un minimum de 3 mois complet de rupture. Lorsque l’on a 7 ans c’est vraiment très dur, mais je ne sais toujours pas 30 ans après si cela a été plus dur pour moi ou mes parents.

Arrivée difficile dans ce centre, loin de ma famille, je me retrouve le plus jeune et bien entendu le plus gros pour son âge. Je vais alors devenir le chouchou de ses dames (infirmières et aides-soignantes) mais également le souffre-douleur des plus grands… Malheureusement ou plutôt heureusement, mon cerveau a fait le tri dans ces souvenirs qui ne méritent pas d’être conservé. En revanche après 12 mois de cure les médecins sont unanimes : je suis malade, de quoi? ils ne savent pas, (je devrais encore attendre 10 ans de plus pour le savoir) mais malade ! 

Pourquoi? parce que là où les autres enfants suivant le même régime que moi ont perdu 30kg en un an, je n’en ai perdu que dix. A l’époque cette découverte n’a aucun impact sur moi, uniquement sur mes parents qui ont, je l’espère, été un peu rassuré. Mais une année loin de leur fils aîné ce n’est plus possible ! je rentre donc à la maison. 

Une nouvelle maison, en effet mon Papa qui était commercial venait d’accepter un travail sur Bordeaux, “retour aux sources” pour toute la famille qui s’installe Rive Droite à Ambarès et Lagrave dans une belle maison construite en forme de L, seul inconvénient de la maison, le TGV passe à 150 m… entre nous on l’oublie très vite.

Quel plaisir de retrouver non seulement ma famille proche mais également mes grands-parents et ma chère Douchka, ma chère grand mère paternelle, vous savez ce genre de mamie “gâteau” bonne comme le pain avec le coeur sur la main. Ce petit village était pour moi un véritable havre de paix, enfin une enfance normale m’attend dans cette école St Michel et St Pierre en plein centre. On pouvait même y aller à pied.

Maman qui a quatre enfants à gérer va quand même trouver le temps de s’impliquer dans l’Association des Parents d’élèves des Écoles Libres et finir présidente. Elle sera donc présente assez souvent dans notre école et dans notre paroisse où elle donnera des cours de catéchisme auxquels mes frères et moi assistons de manière très assidue. Tellement assidus que nous prenons la croix et l’aube pour servir la messe et y faire notre première communion avec mon frère Edmond. Nous y rencontrons des amis qui influeront totalement notre avenir et surtout celui de nos parents. Pour le coup je parle d’un avenir spirituel plus qu’autre chose, mais également des amitiés toujours actives aujourd’hui.

Deux familles vont particulièrement bouleverser notre train de vie et coïncidence vraiment amusante, ce sont les deux médecins du village. L’un est plutôt pro médecine moderne, l’autre plutôt homéopathe, il est d’ailleurs devenu un véritable ponte dans son domaine aujourd’hui. Chacun sont alors pères de famille nombreuse.

La première vit dans un grand château près de Bordeaux avec 13 enfants et l’autre dans une belle maison avec 7 enfants. L’une est plutôt ouverte quoique très religieuse, et l’autre suit un mode de vie un peu “intégriste”. Et mes parents au milieu de tout ça qui sont plutôt jeune dans leur Foi, surtout pour mon père qui hormis le baptême et la 1° communion n’avait pas forcément évolué au milieu de tout ça ; vont se retrouver fortement influencés par ces 2 couples. 

Ces différentes rencontres vont les transformer à tout jamais et leur donner je le pense encore aujourd’hui la force et le courage de traverser toutes les épreuves qui les attendent.

Mais pour l’instant mis à part mes problèmes de santé tout va bien. Nous nous engageons dans le scoutisme, à l’époque dans notre région ce sont les Scouts Unitaire de France (SUF), Edmond et moi faisons notre entrée chez les louveteaux, nous aimons beaucoup ce mouvement, nos cheftaines nous cadrent correctement et nous donne toujours envie de faire de notre mieux malgré nos envies incessantes de faire des bêtises. Et puis nous retrouvons nos copains du catéchisme et de l’école, Valentin y entrera l’année suivante. Déjà avoir les 3 petits monstres sous sa garde n’était pas une sinécure… 

À l’époque commence des crises de boulimie monstrueuses qui me prenaient régulièrement. Papa et Maman devaient redoubler d’ingéniosité pour m’éviter de rentrer dans la cuisine la nuit, cadenas sur le frigo puis sur les portes de placards, n’y suffisant pas ils en étaient arrivé à poser un seau d’eau sur le haut de la porte de la cuisine histoire que je me fasse arroser et attraper en même temps. Comment leur en vouloir??? ils voulaient juste me protéger. Je me souviens encore de ma pauvre Maman me courant après dans l’escalier (j’arrivais encore à courir 4 marches) car je venais de voler un morceau de comté dans le frigo avant de dormir, et s’effondrer en larme dans mes bras après m’avoir corrigé, devant tant d’impuissance, de sa part et de la mienne.

Il fallait que je retourne à Capvern, ils ne voyaient pas d’autres solutions… j’avais à peine 10 ans et je faisais déjà plus de 100 kg

C’était repartis pour 3 mois de coupure intégrale avec la famille et mes amis, si ce n’est que cette fois j’avais des amis qui m’attendaient sur place et je peux vous garantir qu’à l’époque je n’étais pas tendre avec mes supérieurs, avec le recul je dirais que la rage qui se trouvait au fond de mon coeur devait sortir… sauf qu’elle se transformait de plus en plus en crise passionnelle avec la bouffe. Je n’utilise même pas le terme nourriture car pour moi il fallait bouffer, peu importe la qualité de ce que j’avalais, cru/cuit, glucides, lipides tout y passait, tel une scène bien connu du film “Le Pari” et le soucis c’est que dans un centre où 95% des jeunes ont le même problème et bien on s’entraîne! 

Ces trois mois ont été un échec TOTAL. Retour donc à la maison avec 4kg de plus. Et la décision ferme et définitive de mes parents de ne plus m’envoyer là bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager :

Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email